Classement du sanglier nuisible

 
 
Le sanglier est classé nuisible pour la fin de saison 2016/2017

Sanglier (image libre de droits)

Un arrêté préfectoral vient de classer le sanglier nuisible sur l'ensemble du département pour la fin de saison cynégétique 2016/2017. Vous trouverez dans cet article l'arrêté de classement et des explications sur les modalités de destruction.

Comme dans bon nombre de départements, la Dordogne n'échappe pas à la progression du sanglier. En effet, la saison de chasse vient de se terminer et environ 10 000 de ces animaux ont encore été prélevés par les chasseurs cette saison. L'activité des chasseurs est donc primordiale pour réguler les populations de suidés. Malgré les efforts du monde cynégétique, on constate depuis une vingtaine d'années une augmentation progressive mais constante des prélèvements, faisant suite à une hausse des attributions en plan de chasse.
Cette année, des conditions particulièrement favorables ont permis à cette espèce de se développer peut être plus qu'habituellement (production des fruits forestiers importante, conditions de chasse difficiles jusqu'en novembre, portées nombreuses). L'ensemble de la saison de chasse a été marquée par des dégâts agricoles nécessitant en quelques endroits l'organisation de missions administratives de destruction.
De fait, en cette fin de période cynégétique, il est encore noté une forte présence de sangliers dans nos campagnes, laissant augurer des difficultés pour le printemps à venir au niveau des cultures (prairies et céréales).Compte-tenu de ces observations et au regard des conditions peu favorables à la chasse en début de saison (sécheresse), lors d'une réunion  regroupant les organismes agricoles, cynégétiques et les services de l' État , il a été décidé du classement nuisible du sanglier pour cette saison.

Voici l'arrêté préfectoral de classement :

> AP sanglier nuisible - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,21 Mb

Ce classement donne ainsi la possibilité de procéder à la régulation de cette espèce.
Attention, il ne s'agit pas d'une prolongation de la période de chasse au sens réglementaire du terme.
Cet arrêté permet, sur autorisation administrative, de procéder au tir de destruction sur les terrains pour lesquels le demandeur possède les droits de destruction.

Voici quelques explications sur les modalités pour pouvoir effectuer la régulation :

1) Qui peut demander la destruction ? les exploitants agricoles propriétaires et/ou fermiers et les présidents de sociétés de chasse.
2) Qui peut faire acte de destruction ? les exploitants agricoles propriétaires et/ou fermiers, les présidents de sociétés de chasse ou leurs délégués. Si les premiers ne peuvent procéder eux-même à l'acte de destruction, ils peuvent déléguer ce droit par écrit à/aux personnes de leur choix pour agir à leur place. Attention : pour agir, il est nécessaire d'être titulaire du permis de chasser validé pour l'année en cours. En outre, les gardes chasse particuliers et les lieutenants de louveterie peuvent aussi procéder aux tirs de régulation sur leur territoire de commissionnement (article R427-21 du code de l'environnement).
 3) Où procéder à la destruction ? sur les territoires sur lesquels on possède ce droit. Soit, pour les  agriculteurs : sur leurs terrains en propriété ou en fermage uniquement; pour les présidents de sociétés de chasse : sur l'ensemble du territoire de leur société.
 4) Quand et comment procéder à la destruction ? tous les jours entre le 1er et le 31 mars, par tir, de jour (heures légales), soit à l'approche, soit à l'affût, soit devant soi, soit en battue avec ou sans chien (à partir de 5 chasseurs).
 5) Quelles conditions de sécurités ? les mêmes qu'en action de chasse normale (carnet de battue, gilet fluo, parking de chasse etc...).
 6) Comment obtenir l'autorisation ? sur demande écrite faite auprès de la DDTDirection Départementale des Territoires à partir du formulaire ci-dessous.

> Fiche de demande de destruction - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,03 Mb

En conclusion, ce classement nuisible permet d'effectuer des prélèvements de sanglier sur les secteurs où la forte présence de ces animaux risque de causer des dégâts aux cultures. Le but est bien d'éliminer des animaux potentiellement nuisant. Pour que la régulation soit vraiment efficace et réponde aux attentes, il est important que les exploitants agricoles et les chasseurs des différentes sociétés de chasse impliquées agissent en concertation pour cibler des zones d'intervention où les actions pourront être coordonnées.

 
 

A lire également :