Campagnes d'information

L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage à la rencontre des chasseurs

 
Photo ONCFS

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage) de la Dordogne est composé de 14 agents qui représentent l'Etat dans le département en matière de police de l'environnement. Ces agents interviennent dans le domaine de la chasse, de la pêche, de la protection de la faune nationale, exotique et de la flore. 

Dans le cadre des rencontres de la sécurité, le 19 octobre 2013 en présence de M. Baptiste ROLLAND Directeur de Cabinet du Préfet de la Dordogne, du stagiaire de l'ENAÉcole nationale d'administration, du service départemental de la communication interministérielle, l'ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage a organisé, dans la forêt de la Double, une opération de sensibilisation conjointe avec les gendarmes de la compagnie de gendarmerie de Ribérac.

Cette action, sur le thème de la sécurité à la chasse consistait à aller à la rencontre des chasseurs de grand gibier pour les contrôler et les sensibiliser sur les règles de sécurité.

Quatre équipes mixtes ont parcouru la forêt. Les contacts pris sur le terrain avec plus de 60 chasseurs de grand gibier et environ 20 chasseurs de petit gibier ont permis aux services de police de rappeler les règles obligatoires : port d’effets fluorescents, obligation des respecter des angles de 30° pour le tir du grand gibier, obligation d’effectuer des tirs fichants notamment.

La conversation a aussi permis de rappeler des principes de bons sens, comme le fait de décharger son arme en présence d’autres personnes et lorsqu’on doit la poser par exemple.

Ce message a été bien accueilli par les chasseurs et par les autres personnes rencontrées. En effet, cette opération a permis d’expliquer également aux autres usagers de la nature rencontrés sur le terrain, comme les ramasseurs de champignons, les règles de sécurité qui s’imposaient aux chasseurs, pour un meilleur partage de la nature.

Ces contrôles ont montré que les enjeux de sécurité étaient dans l’ensemble assez bien connus des chasseurs.