Actualités

Alcool au volant

 
 
Alcool au volant

En France, il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g d’alcool par litre de sang (ou 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré). Récapitulatif des sanctions encourues quand on ne respecte pas la loi.

L'alcoolémie est le taux d'alcool présent dans le sang. Elle se mesure en grammes par litre de sang (analyse de sang) ou en milligrammes par litres d'air expiré (éthylotest, éthylomètre).
Le taux d’alcool limite autorisé est de 0, 5 g d’alcool par litre de sang soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré.
Quelle que soit la boisson alcoolisée, un « verre » représente à peu près la même la même quantité d’alcool (*).
25 cl de bière à 5°, 12,5 cl de vin de 10° à 12°, 3 cl d’alcool distillé à 40° (whisky, anisette, gin) contiennent environ 10 g d’alcool pur.
Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne. Ce taux peut augmenter en fonction de l’état de santé, le degré de fatigue, ou de stress, le tabagisme ou simplement les caractéristiques physiques de la personne : pour les plus minces, les femmes ou les personnes âgées, chaque verre peut représenter un taux d’alcoolémie de 0,30 g.
(*) Contenances correspondant aux doses normalisées dans les débits de boissons.
Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne

Le taux d’alcool maximal est atteint :

  •   ½ heure après absorption à jeun
  •   1 heure après absorption au cours d’un repas.

L’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d’alcool par litre de sang en 1 heure. Café salé, cuillerée d’huile... : aucun "truc" ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.
A noter : certains médicaments peuvent être incompatibles avec la consommation d’alcool. Lisez attentivement les notices ou demandez conseil à votre médecin en cas de doute.
Taux égal ou supérieur à 0,5 g

  •   Retrait de 6 points sur permis de conduire
  •   Amende forfaitaire de 135 euros
  •   Immobilisation du véhicule
  •   Suspension du permis (jusqu’à 3 ans)

Taux compris entre 0,5 et 0,8 g
  Amende forfaitaire de 135 euros
  Retrait de 6 points sur le permis de conduire
En cas de comparution devant le tribunal - sur décision du Procureur de la République ou de contestation de l’amende forfaitaire - possibilité de suspension du permis de conduire.

Taux égal ou supérieur à 0,8 g   Retrait de 6 points sur le permis de conduire

  •   Dépistage
  •   Amende pouvant aller jusqu’à 4 500 euros
  •   Immobilisation du véhicule
  •   Suspension (jusqu’à 3 ans) voire annulation du permis
  •   Obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant
  •   Peine de prison (jusqu’à 2 ans)

Récidive avec un taux égal ou supérieur à 0,8 g ou état d'ivresse manifeste  Retrait de 6 points sur le permis de conduire

  •   Amende pouvant aller jusqu’à 9 000 euros
  •   Confiscation du véhicule
  •   Annulation du permis (jusqu’à 3 ans)
  •   Stage obligatoire de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant
  •   Peine de prison (jusqu’à 4 ans)

Refus de soumettre à une vérification de présence d'alcool dans le sang

  •   Retrait de 6 points sur le permis de conduire
  •   Amende pouvant aller jusqu’à 4 500 euros
  •   Immobilisation du véhicule
  •   Suspension (jusqu’à 3 ans) voire annulation du permis
  •   Stage obligatoire de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant
  •   Peine de prison (jusqu’à 2 ans)

Alcool et stupéfiants
Une consommation de stupéfiants, associée à un taux d’alcool prohibé, est passible de 3 ans d’emprisonnement, de 9 000 euros d’amende, d'un retrait de 6 points, d'une suspension ou annulation de 3 ans du permis de conduire et d'une immobilisation ou confiscation du véhicule.

Accidents
Un accident provoqué sous l’emprise de l’alcool et entraînant des blessures graves est passible de 5 ans d'emprisonnement, d’une amende de 75 000 euros, d'un retrait de 6 points, d'une suspension ou annulation de plein droit de 10 ans du permis de conduire (sans sursis ni "permis blanc") et d'une immobilisation ou confiscation du véhicule.
L’auteur d’un accident sous l'emprise de l'alcool ayant provoqué le décès d’un tiers est passible d’une peine de 7 ans de prison, d'une amende de 100 000 euros, d'un retrait de 6 points et d'une annulation de plein droit de 10 ans du permis de conduire.