Actualités

Quelques mots sur les radars autonomes

 
 
Quelques mots sur les radars autonomes

Installation du premier radar automne en Dordogne. Le « radar autonome » est un nouveau dispositif de contrôle de la vitesse disposant d’une autonomie énergétique.

Transporté au moyen d’une remorque, ce radar est destiné à être placé et déplacé rapidement sur des zones de danger temporaire : au bord d’une route, sur une zone de refuge, un accotement ou derrière les balises d’un chantier. Une fois remorqué sur le lieu du contrôle, le « radar autonome » est déposé au sol grâce à ses roues rétractables.

Equipé d’un flash visible, le « radar autonome » contrôle la vitesse dans les deux sens, sur quatre voies de circulation en même temps (si elles ne sont pas séparées par un terre-plein central). Capable de contrôler jusqu’à 7.500 véhicules par heure, son autonomie de batterie lui permet plusieurs jours consécutifs de fonctionnement.

Le « radar autonome » est annoncé aux usagers de la route par des nouveaux panneaux de signalisation spécifiques qui précisent des contrôles automatiques.

Les « radars autonomes » ne sont pas des radars supplémentaires : ils viennent en remplacement de dispositifs réformés.

Mis à la disposition de la préfecture de la Dordogne par la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières (DSCR) – Département du contrôle automatisé (DCA) pour assurer une rotation sur les zones temporaires de dangers déterminées en fonction des zones d’accidentalité constatées sur les 5 dernières années à la demande du gestionnaire de voirie et sur des zones où sont constatées des infractions à la vitesse autorisée.

A noter : Les panneaux de signalisation sont apposés avant l’installation et la mise en service de ces appareils.

L’accidentalité routière à l'abord des chantiers

Chaque année, on déplore environ 200 accidents aux abords des chantiers du réseau routier principal (autoroutes et nationales). Ces accidents provoquent 1 à 4 décès par an et environ 80 blessés. Cela touche autant les usagers que les agents travaillant sur les chantiers. Ces chiffres sont en nette augmentation depuis 2011.

La vitesse, facteur aggravant

La vitesse excessive ou inadaptée est l'une des premières causes de mortalité sur les routes de France, en particulier sur les zones de chantier. Depuis 2011, selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), les vitesses moyennes pratiquées sur le réseau principal (autoroutes et national) sont en hausse.En 2013, la vitesse excessive est présente dans 44% des accidents mortels sur autoroute et dans 31% sur routes, hors agglomération.
Pour l’année 2015, la vitesse est la 1ère cause dans 23 % des accidents mortels. En 2001, avant l’instauration du contrôle automatisé, la vitesse était la cause principale dans 45 % des accidents mortels.

Photo Préfecture – ODSR

Les radars fixes enregistrant le plus grand nombre d’infractions relevées en Dordogne :

Selon les directives de la DSCR, il est possible de divulguer seulement la volumétrie enregistrée des 3 équipements enregistrant le plus d’infractions  soit un total de 14.865

ainsi que les 3 moins performants pour un total de 322, représentant un total général de 23.133 messages d’infractions.

Posez vos questions 

- Toutes les questions relatives au contrôle automatisé peuvent être envoyées à l'adresse suivante : radar.automatique@developpement-durable.gouv.fr