Campagne de prévention contre les défenestrations accidentelles d'enfants

 
Défenestrations accidentelles d'enfants

" Fenêtres ouvertes = danger "

Chaque année, en France, les chutes accidentelles de grande hauteur, plus communément appelées « défenestrations » font environ 250 victimes, en particulier chez les enfants de moins de 10 ans.

Face à ce taux d’accidents élevé et aux lourdes conséquences qu’ils entraînent, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France, dans sa séance du 6 avril 2006, a fixé trois axes de travail visant à réduire le nombre de ces accidents :

 - faire évoluer les équipements (règles de constructions, normes relatives aux garde-corps),

 - assurer une surveillance épidémiologique accrue des défenestrations accidentelles d’enfants et de leurs conséquences,

 - faire évoluer les comportements par le biais de campagnes d’information et d’éducation.

IMPORTANT

Le printemps et l’été, ainsi que les moments de préparation des repas sont des situations particulièrement propices à la survenue des défenestrations chez les jeunes enfants. La moitié des chutes a lieu pendant la préparation du repas.

62% des défenestrations surviennent alors que l’ouverture des fenêtres dispose d’une protection1 (barres d’appui, rambardes de sécurité).
L’Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPESInstitut national de prévention et d'éducation pour la santé) rappelle quelques conseils de prévention :

  • il ne faut jamais laisser un enfant seul, ou sous la responsabilité d’un autre enfant ou adolescent, près d’une fenêtre ouverte ou sur un balcon,
  • il ne faut jamais laisser des meubles ou objets sous une fenêtre : les enfants peuvent s’en servir pour accéder à leur ouverture.
Verrous, poignées verrouillables, entrebâilleurs, bloc-portes, barrières qui font office de garde corps…ne suffisent pas et ne remplacent jamais la vigilance d’un adulte.